par l'ONG Bleu Versant Sensibilisation aux risques
d'inondations du Plan Rhône

 

 

 

 

Un petit géant bleu est apparu sur les bords du Rhône… Il remonte progressivement ce fleuve et son immense bassin versant jusqu’à sa source, le glacier du Rhône. Mais ce géant est sensible aux risques d’inondations et aux pollutions générées par le territoire, son état se dégrade.

En suivant son parcours, l’équipe de l’ONG Bleu Versant l’analyse et tente de le soigner. C’est en observant attentivement ce petit géant que ces docteurs découvrent que la seule manière d’améliorer sa santé, est aussi de soigner le territoire… Le géant nous indique que cet endroit est vulnérable aux inondations. Comment, pourquoi ? Venez découvrir le diagnostic des docteurs sur votre territoire et partagez vos idées pour le futur afin d’améliorer la santé du géant et faire évoluer votre environnement !

 

 

 

 

 

6 au 10 juin 2018Port Saint Louis

Dimanche 3 juin 2018 // 21h51 // Plage de Piémanson (Commune d’Arles)

Météo : 23°C, temps orageux, nombreuses averses.
Tous nos appareils indiquent une activité importante, indiquant la venue imminente du petit géant bleu. Nous allons installer notre premier bivouac, ici , pour surveiller sa venue.

 

Lundi 4 juin 2018 // 1 h 43 // Plage de Piémanson (Commune d’Arles)

Météo : 16°C, temps orageux, pluies violantes.

Nous avons pu observer une météorite tomber au large de la Camargue à quelques kilomètres des côtes. C’était dans la nuit du 3 au 4 juin. Je venais de relayer Dr Mat qui faisait la garde jusqu’à maintenant.

Nous savions d’après nos calculs que la météorite allait tomber dans ces environs. C’est pour cela que depuis plusieurs semaines, nous avons nos yeux rivés sur la mer en attendant que le phénomène se produise.

Et c’est ce soir que la chose est arrivée. Devant mes yeux. J’ai vu l’étoile brillante et bleutée au loin s’approcher de la terre pour enfin se fondre dans l’eau dans un somptueux vacarme coloré.

J’ai senti le souffle de la collision sur mes joues. Comme ahuri par ce spectacle, je n’ai plus bougé pendant plusieurs minutes. J’ai même oublié de prévenir mes collègues comme on doit le faire en pareil cas. Comme si égoïstement, je voulais me garder le spectacle pour moi seul.

23h53 //

Nous sommes sûrs maintenant que cette météorite est bien identique à celles qui ont créé les géants bleus il y a plusieurs millions d’années. Les analyses sont cohérentes. Nous avons donc arpentés la mer dans un périmètre de plusieurs kilomètres à la recherche d’un géant bleu. Nous sommes rentré bredouille de nos recherches de la journée. Nous sommes extrêmement déçus. Si cela se trouve, nos recherches depuis plus de dix ans n’auront servi à rien. J’espère me tromper.

 

Mardi 5 juin 2018 // 21h51 // Plage de Piémanson (Commune d’Arles) Météo : 23°C, temps orageux, nombreuses averses.

 

Au repas les visages sont fatigués et creusés. Nous avons cherché encore le géant toute la journée sans interruption à part une pause sandwich et quelques cafés pour nous réchauffer entre les séances de fouille. Nous sommes inquiets. C’est vraiment étrange de n’avoir jusqu’à maintenant aucun indice de vie du géant.

 

Mercredi 6 juin // 10h25 // Arrière de la plage de Piémanson (Commune d’Arles) Météo : 33°C, Soleil et vent moyen.

Il est là. Ça y est, il est arrivé ! Il est plus petit que ce que nous imaginions. C’est peut être pour cela que nous avons eut du mal à le trouver. Nous l’avons découvert au levé du soleil. Il avançait dans la mer en direction du delta du Rhône. Comme s’il venait nous rendre visite.

C’est le plus beau jour de ma vie. J’ai assisté à la naissance d’un petit géant bleu ce matin même ! Nous ne nous sommes pas trompé. Tout cela n’est pas qu’une légende. Il existe pour de vrai. Nous avons pu l’observer dès ce matin.

Il n’est pas hostile. Bien vivant, fait de roche et d’eaux. Il vit ! Nous avons remarqué de drôles de formes sur son ventre. Comme le dessin d’un paysage. Comme une carte en volume d’un territoire… C’est ce que nous avons interprété. Nous nous remettons au travail dès maintenant.

J’ai hâte d’être demain pour comprendre davantage cette fantastique aventure. Nous avons prévenu la commune. Si la journée de demain se passe bien et que nous arrivons à entrer en dialogue avec le géant, il est tout à fait imaginable de le présenter aux habitants du territoire dans les prochains jours. J’espère que nous y arriverons.

A 11h25, le signal est clair nous voyons apparaître dans les laisses de mer la surface de la tête du petit géant bleu.

Quelques secondes plus tard il repart sous la surface du sable pour ressortir quelques dizaines de mètres plus loin, dans le lac salé en arrière des dunes.

Mercredi 6 juin // 12h05 // Arrière de la plage de Piémanson (Commune d’Arles) Météo : 33°C, Soleil et vent moyen.

C’est très surprenant il est capable de disparaître sous le sable pour réapparaître quelques mètres plus loins. C’est comme ça que nous avons penser le perdre mais non… Enfin le voilà ! Le géant sort progressivement du sable et se met en face d’une étendue d’eau salée. Après nos premières analyses son état de santé est bien « vulnérable » comme le territoire dans lequel nous nous trouvons. En effet cette zone est inondable et la hauteur d’eau peut atteindre plus de 2 mètres avec des aléas (conditions météos) exceptionnels !

Après avoir relié le petit géant bleu à nos appareils de mesure et au sol, nous avons prélevé plusieurs échantillons permettant d’illustrer les situations de vulnérabilités du petit géant bleu.

 

Après avoir relié le petit géant bleu à nos appareils de mesure et au sol, nous avons prélevé plusieurs échantillons permettant d’illustrer les situations de vulnérabilités du petit géant bleu.

Échantillon N1 : Plage

  • Diagnostic : Pollutions marines et littorales – Pollutions chimiques et déchets flottants
  • Prescription : Mieux gérer les pollutions à la source (secteurs industriel, urbain et agricole)

 

Échantillon N2 : Dunes

  • Diagnostic : Dégradation des dunes par véhicules et pratiques touristiques
  • Prescription : Continuer à réduire ces impacts ( actions en cours constatées) et favoriser la reprise de la végétation dunaire permettant de les  stabiliser et ainsi de réduire le risque  de submersion marine.

 

Échantillon N3 : Arrières-Dunes

  • Diagnostic : Impact du stationnement des voitures sur les zones humides d’arrières dunes
  • Prescription : Continuer à réduire ces impacts ( actions en cours constatées) et valoriser le rôle régulateur de ces zones naturelles adaptées aux risques d’inondation par la mer. Continuer à valoriser également la richesse écologique de ces milieux naturels.

 

Prescriptions locales et citoyennes

Comme vous le savez, nous sommes tous des docteurs-acupuncteurs de nos territoires. Voici quelques échantillons de personnes rencontrées sur site.

Dimanche 10 juin 2018 // 14H37 // Place de la mairie de Port Saint Louis du Rhône

Afin de comprendre le pourquoi du comment de sa présence de ses apparitions mystérieuses dans les milieux fragiles et humides nous demandons conseils aux autochtones :

Nous l’avions perdu après sa dernière apparition dans la ville de Port Saint Louis du Rhône. Disparu par un beau matin !

Tout d’abord nos instruments muets ne nous dirent rien, nous ne savions par où commencer…

Quelques images parfois curieuses venaient à nous comme celle-ci prise par hasard par des touristes dans l’abbaye de Montmajour  ou comme sur ce cliché pris par madame Ghislaine Phellut dans la même région :

Puis soudain, le matin du 12 juin à 5h26, Docteur Nico nous avertit : « je l’ai ! il est réapparu !! ». En effet il venait de réapparaitre dans la région d’Avignon ! Nous voilà repartis dans notre folle course, aux trousses du petit géant Bleu !

13 et 17 juin 2018Avignon

Mardi 12 juin 2018 // 11H25 // dans les hauteurs de Villeneuve les Avignon

Après avoir roulé à tombeau ouvert dans une aride pampa hostile nous voici certains : il n’est pas loin !! Nos instruments s’affolent depuis plus d’une heure, nous tournons en rond dans la région à sa recherche …

Ça y est !!! Après plusieurs heures nous pensons l’avoir trouvé, enfin !! Il aurait émergé dans les hauteurs de la ville de Villeneuve lez Avignon, dans une terre calcaire, plantée d’une végétation de milieu sec. Le sol est très drainant ce qui a dû attirer le Petit Géant Bleu…

Nous commençons les analyses :

 

Puis comme à son habitude (fort désagréable je vous l’accorde) de disparaitre sans prévenir il s’enfonça dans le sol … Cette fois impossible de savoir où il se cachait, où il allait réapparaitre, nous savions seulement qu’il allait descendre vers le Rhône, attiré par ce fleuve puissant, majestueux et impétueux.

Nous l’attendîmes dans les environs de l’Ile de la Barthelasse, lieu très inondable aux abords de la ville d’Avignon. On nous appela sur notre numéro d’urgence pour nous signaler sa présence dans un champs de blé, alors qu’un orage et ses pluies diluviennes se préparait

Nous tentâmes une nouvelle approche …

De nouveau, il s’enfonça dans le sol et disparu ! mais cette fois pas loin ! Nous l’avions prévu et le savions fatigué. Nous avons donc planté notre bivouac aux abords du Rhône …

Jeudi 14 juin 20 h 36

Notre intuition était la bonne, le petit géant bleu a quitté le delta pour remonter le Rhône. Nous ne savons pas exactement pourquoi mais c’est le Rhône qui l’intéresse.

Chose très particulière, c’est qu’il fait des stations dans des villes très forte symboliquement dans les risques d’inondation. Port Saint Louis d’abord, qui subit régulièrement des submersions par la mer et maintenant Avignon qui a enduré des montées de crue colossale…

Son chemin n’a pas l’air d’être fait au hasard. Tout à un sens pour lui qu’il souhaite à priori nous communiquer. Il a l’air décidé.

Il veut nous faire comprendre ce qu’il vient faire ici et pourquoi il remonte le Rhône. Le début de son message commence à être claire et n’est pas valorisant pour nous. Nous sentons bien qu’il remet en cause nombreux comportements humains irresponsables risquant de dérégler le fonctionnement du fleuve et sans doute d’accroitre les risques d’inondation.

Cependant quand nous l’occultons, nous ne ressentons aucune tension de sa part, aucun mouvement belliqueux à notre égard. Le petite Géant Bleu, j’ose le dire, n’a aucune animosité envers les humains. Je sens qu’il veux nous parler, il veut nous témoigner quelque chose. Nous allons travailler encore et encore pour comprendre son message. Le petite Géant bleu est un être passionnant.

Vendredi 15 Juin

Nous avons demandé de l’aide à nos assistants pour comprendre les venues du petit Géant Bleu.

Dimanche 17 Juin // 11h21 // 26 degrés // Hygrométrie 23 % // Place des Corps Saints

Alors que nous étions en train de chasser le gibier sauvage afin de nourrir notre groupe, le Petit Géant Bleu en profita de nouveau et s’éclipsa. Nous attendions ce départ impromptu, soudain. Mais maintenant … vers où se tourner ?

Nous lançons un appel à témoin national, que dis-je international afin de demander des informations qui pourraient nous mettre sur sa piste !!

12 et 15 sept. 2018Caderousse

Lundi 10 Septembre 2018 // 09H03 //

Nous le savions depuis quelques mois qu’il devait réapparaître, mais nous ne savions pas où … Notre angoisse était à son paroxysme au plus fort de l’été, au cœur des sécheresse , il était affaiblit nous le savions.

Alors que nous perdions tout espoir, ce matin nous est parvenu le mail de Pierrette :

« Bonjour, 

En me promenant ce matin au bord du Rhône avec mon chien Bobby nous sommes tombés nez à nez avec le géant bleu. J’ai été très surprise, mais je l’ai quand même un peu observé. Dès que bobby a aboyé il a disparu, c’est dommage j’aimerai beaucoup que mes petits enfants le voit aussi, croyez vous qu’il va revenir ? 

Amitiés

Pierrette. 72 ans, retraitée de la fonction publique et randonneuse. « 

Voici son cliché photographique :

 

Automatiquement, dans la chaleur du moment nous lui avons répondu : 

« Merci pierrette pour ces précieuses informations, nous allons nous rendre immédiatement sur les lieux avec nos instruments. Nous attendions qu’il réapparaisse depuis tellement de mois, on dirait que les choses se précisent dans la région de Caderousse.

Rassurez vos petits enfants ils pourront certainement le rencontrer très prochainement ! »

 

Et voilà, nous étions sur sa trace à nouveau. Dès le lendemain nous le retrouvâmes aux bords du Rhône sur un déversoir, exactement ici :

44°04’23.4″N 4°46’17.5″E

 

Mardi 11 Septembre 2018 // 08H47 //

Météo : 22°C, beau temps, hygrométrie faible.
Tous nos appareils indiquent une activité importante et imminente, nous restons à l’affut dans les bosquets en bord de Rhône. Quand soudain …

 

 

Nous récoltons comme à notre habitude des éléments précieux du site, révélateurs des problématiques et des qualités. Quelques plantes typiques des milieux humides, éléments polluants plastiques (…récurant), etc …

Alors que nous étions en pleine collecte d’informations précieuses pour comprendre le cheminement de l’eau, et les impacts des inondations sur le territoire de la commune, il se mit à frémir, et s’enfonça dans le Rhône pour disparaître. Sauf que cette fois, forts de nos expériences passées nous savions à quoi nous en tenir et où le chercher : il s’avançait vers la digue de la ville de caderousse, véritable symbole de la problématique des inondations.

 

Voilà ce que nous trouvâmes dans un vieux parchemin sur la ville et sa mythique digue :

« Une grande partie de la commune de Caderousse est en zone inondable du Rhône. De nombreuses digues, au cours des siècles, ont été aménagées, en protection des terres cultivables et du village. La digue du tour de ville, dont la présence est attestée dès 1470, était érigée en pierres sèches, côté habitations, et un empierrement, en extérieur. Elle remplaçait l’ancien rempart médiéval. L’inondation du 31 mai 1856 eut un retentissement considérable sur les communes riveraines du Rhône. À Caderousse, le Rhône a atteint 7,91 mètres, ce qui inonda la plupart des maisons du village jusqu’au premier étage. Les structures en place étant devenues inefficaces, tant par leur taille que par leur fragilisation, le conseil municipal décida de la construction d’une nouvelle digue d’enceinte, plus haute et formée d’une armature en gazon, côté habitations et un remblais recouvert d’un parement maçonné, pouvant protéger le village d’une crue comparable au moins à celle de 1856. Le coût total en a été de 170 000 francs, aux trois quarts pris en charge par l’État. Sa construction prit fin 10 ans après l’inondation mémorable. » 

 

texte de l’écrivain tcheco-roumain bien connu Wikipedium, 1566 (à ce qui parait…)

 

Après une dure journée de recherche nous le retrouvons, il avait réapparu et semblait nous attendre aux pieds de la digue ceinturant la vieille ville de Caderousse. Monument érigé contre les inondations, mais protège-t-il vraiment ?

 

Afin de connaitre la capacité de cette digue nous décidons d’installer notre bivouac en plein cœur de ville et d’actionner tous les habitants pour agir ensemble contre les inondations !

Après avoir rencontré les instances locales, nous décidons donc d’organiser des ateliers avec les scolaires, frais et pimpants petits autochtones qui seront nos meilleurs alliés, des ateliers avec les techniciens des collectivités du territoire pour parler de solidarité amont aval, de casser de l’enrobé afin d’y planter des plantes adaptées et de lutter contre l’imperméabilisation des villes et les îlots de chaleur.

Enfin nous travaillerons avec nos fiers et vaillants collègues du collectif bim afin de sensibiliser la population avec une touche artistique et culturelle car il ne faut surtout pas  passer à coté de quiconque sur ces sujets …

 

Alors que nous évoquions avec le public les tenants et aboutissants de la venue du petit géant bleu, il se mit à frémir, à gigoter, devenir impétueux et impatient. Soudain, il s’enfonça peu à peu dans le sol (imperméable) et disparu !! Mais où ?? Il avait rempli haut la main sa mission de sensibilisation dans cette belle ville de Caderousse, nous voilà satisfaits mais démuni encore une fois à sa recherche ….

8 au 10 nov. 2018Yenne

 

Mercredi 7 Novembre 2018 // 10H12 //

Météo : 12°C, beau temps, hygrométrie faible.

A l’affût depuis plusieurs semaines dans des conditions parfois extrêmes, nous étions certains que le petit géant bleu avait beaucoup progressé dans sa remontée depuis sa dernière sortie à Caderousse. Il est passé curieusement par plusieurs obstacles pourtant compliqués et symboliques comme le barrage de Donzère Mondragon, ou la ville de Lyon, dans lequel passe le Rhône, si calme, si dompté …

 

Quelques jours auparavant nous nous sommes surpris quand même de voir nos instruments s’affoler avec tellement de verve ! (ils parlent beaucoup oui nos instruments …). Il était clair que le Petit Géant Bleu arrivait en Savoie, au pied des montagnes des Alpes, et du lac du Bourget. Nous démarrâmes notre bonne-vieille-jeep-option-désert-avec-moteur-bio en allâmes nous poster dans la région … en attente !

 

 

 

5 et 9 décembre 2018Chanaz

Informations de l’étape à venir

10 décembreGlacier du Rhône

Fin de l’expédition

Informations de l’étape à venir